Mots-clefs

, , , ,

Au matin, nous partons déposer l’oncle Daniel à l’aéroport. Enchanté de son séjour, il nous remercie chaleureusement. Notre dernier lien avec la Suisse s’envole avec lui. Nous nous mettons en route pour la côte. Afin de préparer l’arrivée d’un groupe de parapentistes en janvier, nous avons décidé de visiter la région pour avoir diverses options à leur proposer. Nous repassons donc par Viña del Mar, et nous poussons un peu plus au Nord, jusqu’à Maitencillo. La côte est superbe, même si le temps reste très couvert. L’océan nous offre de grandes vagues que nous prenons le temps d’admirer lors de diverses haltes. Nous rencontrons d’ailleurs un groupe d’otaries sur un rocher, et nous suivons les efforts de deux d’entre elles qui essaient en vain de monter rejoindre la troupe.

Otaries

Otaries

Nous filons à nouveau vers le Nord. Arrivés à Maitencillo, nous découvrons les plages et le littoral à pied. Nos crocs vivent de sacrées aventures. Avant-hier, elles étaient dans la neige au pied de l’Aconcagua, et les voilà à tremper dans le froid Pacifique. Yann et Zabou, quelles sont les histoires de vos crocs à vous ces jours-ci ?

Pacific Croc's !

Pacific Croc's !

Face au Pacifique

Face au Pacifique

Le village est très joli, loin de la grande Viña, beaucoup plus dans l’esprit de ce que nous recherchons. Près d’un marché de pêcheurs, nous voyons un attroupement de pélicans, de mouettes et autres goélands. Magnifique d’être au milieu de ces oiseaux qui se préoccupent de notre présence comme d’une guigne. Pendant une demi-heure, nous augmentons sacrément la probabilité de nous prendre une fiente sur la tête (et si c’est un pélican qui s’oublie, ça peut rester mémorable), mais nous ressortons indemnes, et l’appareil photo chargé à bloc. Nous imaginons déjà à quel point ça va être long et difficile de faire le tri. Quelle variété !

Cormoran en séchage

Cormoran en séchage

Course d'envol

Course d'envol

Ibis

Ibis

Pélican

Pélican

Pélican

Pélican

Pélican

Pélican

Goéland

Goéland

En fin de journée, nous remettons le cap au Sud, en prenant cette fois la route de la côte. Certains panneaux au bord de la route nous font bien rire.

Attention, on ne sait jamais !

Attention, on ne sait jamais !

Les prix des hôtels de bord de mer sont prohibitifs, alors que nous sommes en basse saison. Au fil de nos demandes, nous nous retrouvons finalement à Viña del Mar. Nous pourrons à nous loger dans un petit hôtel sans prétention qui suffira bien pour la nuit.

Publicités