Mots-clefs

,

Pas de quoi m’ennuyer, j’ai tout un programme. Il faut que j’aille au centre-ville pour acheter de quoi recouvrir les étagères de l’armoire qui ne sont pas tout à fait nickel. Pour stationner, c’est presque aussi difficile qu’à Genève, mais on s’en sort. Mon problème majeur c’est la taille de la voiture. Le magasin où je vais est en accord avec un parking pour que je n’aie pas à payer. Ça m’évitera de prendre une amende. Pour l’instant le champion c’est Daniel, il en a déjà eu deux pour stationnement sans carte.

Pour garer sa voiture en ville, ici on achète des carnets de cartes de stationnement. Quand on a besoin d’une heure de parking, on perfore la carte à la date et heure d’arrivée, et on la dépose sous le pare-brise. Si on veut rester plus d’une heure, on met autant de cartes que nécessaire. Le bon côté, c’est que si on prend une amende, on peut la convertir en cartes de stationnement. Par exemple le tarif habituel c’est 40 pesos. Donc on se présente au poste où on peut acheter 40 cartes. Et au moins ce n’est pas de l’argent perdu. Maintenant que l’on a 80 cartes, on est parés pour un moment.

A midi Raquel vient manger à la maison. Notre week-end filles continue ! Purée-bolognaise de prévu, pour faire descendre mon stock de pommes de terre. Et ce soir c’est cinéma. Tous les films sont en vo, mais j’ai de la chance, il y a un film français à l’affiche !

Publicités