Au réveil les taons nous attaquent. C’est bien dommage, car le lieu avait bonne allure pour prendre le petit-déjeuner. Nous rangeons rapidement tout le matériel et nous nous remettons en route, à la recherche d’un endroit agréable pour s’arrêter prendre le maté.

Plaine du Rio Grande

Plaine du Rio Grande

Nous ne chercherons pas longtemps, car la vallée est vraiment magnifique. C’est de nouveau au bord du Rio que nous faisons une halte. L’eau est glaciale, mais le soleil tape fort. Le vent fait fuir les taons et nous pouvons profiter tranquillement de nos galletitas au fromage, assorties de pêches que nous devons absolument manger.

Après avoir passé le poste frontière argentin, nous entrons dans le « no man’s land ». C’est très courant ici, les deux portes frontières ne sont pas forcément côte à côte. Ce qui n’arrange pas les gens qui comme moi veulent renouveler un visa. Ici cette zone fait 170 km ! Mais comme nous ne sommes pas pressés…

Petit poulain au réveil

Petit poulain au réveil

Un panneau nous interpelle, qui indique les thermes de Cajon Grande. Comme l’heure de manger approche gentiment, nous prenons cette direction. Avec mes piqûres de taon je n’ai pas trop prévu de me mettre dans l’eau chaude, mais l’endroit peut valoir le détour. Effectivement…

Daniel et Sofia en plein effort

Daniel et Sofia en plein effort

Au bord de la rivière, nous trouvons plusieurs bassins d’eaux thermales, dont les températures oscillent entre 34 et 46°C. Autant dire que certaines sont intenables. Si vraiment on a trop chaud, on peut toujours se mettre dans la rivière qui passe en dessous, descendant de la Cordillère c’est frais…

Chevaux de montagne

Chevaux de montagne

Après cette étape revigorante, nous reprenons la route parce que mine de rien il nous reste pas mal de kilomètres sur des chemins non asphaltés avant d’arriver à notre étape du soir. Nous passons la ligne de démarcation entre le Chili et l’Argentine et nous arrivons peu de temps après au bord de la Laguna del Maule.

Laguna del Maule

Laguna del Maule

Laguna del Maule

Laguna del Maule

Elle nous impressionne par sa taille, et après être descendus sur une plage y voir de plus près, nous nous promettons d’y repasser au retour. Daniel profite de sortir la vieille voile de parapente de Yann et après un petit bain fortuit il sèche au soleil.

Daniel se remet de ses émotions

Daniel se remet de ses émotions

Nous nous remettons en route pour la dernière étape du jour, le refuge Tricahue où nous passerons la nuit. Nous ne pouvons nous empêcher de nous arrêter à nouveau de temps à autre pour prendre quelques photos.

Nicolas, Sofia et Daniel

Nicolas, Sofia et Daniel

En descendant le col du Pehuenche

En descendant le col du Pehuenche

Nous arrivons très tard au refuge, et les Chiliens mangent apparemment plus tôt que les Argentins. Résultat, nous grignotons rapidement le morceau de viande qui restait de la veille, et que nous avons pu passer à la douane étant donné qu’elle était grillée. Ce n’était pas le but de faire un voyage gastronomique, et ce soir là on s’en est bien rendus compte. De bonnes rigolades sur le parking en mangeant à même le sachet notre pitance du soir, sous les yeux ébahis des allemands qui partagent le refuge avec nous.

Publicités