Mots-clefs

, , , ,

La visite suivante que nous avons reçue a été celle de Santino (certainement une des plus surprenantes), un oncle qui vit à Zürich. En vadrouille en Amérique du Sud, il est passé nous saluer à San Rafael avant de retourner voir sa famille à Buenos Aires. Nous l’avons récupéré un vendredi à Mendoza, en provenance du Chili. Il a tout de suite été mis dans l’ambiance avec 1,5 kg de viande grillée le soir, à 3 (Papa, Maman, tout va bien).

Dans ce pays « du soleil et du bon vin », pas de chance, son samedi a été pluvieux. Pour contrer la morosité, nous sommes allés nous régaler à midi dans un très bon restaurant du coin, repas suivi d’une bonne sieste pour se remettre. Le soir nous sommes allés à la fête nationale du cheval, qui nous a pas mal déçus finalement. 4 heures d’attente pour voir quelque chose malgré un programme établi pour commencer à 17h30, et un froid de canard pour ceux qui n’ont pas l’habitude. De notre côté nous étions cependant contents de voir baisser les températures.

Le dimanche, grand soleil. La pluie ici ne dure jamais bien longtemps. Après un bon petit-déjeuner, nous lui avons fait visiter le cañon de l’Atuel, aux formes géologiques impressionnantes. A peine arrivés, un condor est venu nous saluer. Nous avons fini par trouver un endroit agréable et ombragé au bord de l’eau, l’appel à une grillade « estilo campo » (1 kg seulement cette fois-ci). Au retour nous sommes passés par les dunes du Nihuil, celles-là même où nous étions allés jouer avec David et Nora juste avant le passage du Dakar. Santino a ainsi pu s’initier au kite dans le sable avec une petite voile de 1,8 m2. Au retour le soir, il a pris un bus pour la capitale, et nous sommes de notre côté allés retrouver Edmundo et Laura, les parents de « Luli », la petite Luciana, cousins de Buenos Aires.

Santino dans les dunes

Santino dans les dunes

Publicités