Mots-clefs

, , , , ,

Heureusement que Sofia était par là pour me donner un coup de main. Depuis que nous étions arrivés avec Daniel on se tâtait pour faire des conserves de fruits ou légumes, activité estivale de la plupart des familles argentines pour avoir de quoi « tenir l’hiver ». Pris par nos activités, nous avons laissé passé la saison des pêches. Mais nous aurons eu celle des tomates !

Nous avons donc acheté un énorme cageot de tomates, Myriam nous a offert des pots en verre, Sofia a directement aidé à la fabrication, Maguy était là en support moral et pour distribuer le maté, et Cecilia nous a distillé sa science en la matière et prêté sa maison. Un vrai travail d’équipe !

Caisse de tomates, entamée bien sûr !

Caisse de tomates, entamée bien sûr !

Le problème pour faire des conserves, c’est aussi l’infrastructure. Il faut une sacrée serpentine de gaz pour faire chauffer la casserole qui servira à cuire les bocaux. cette petite casserole-ci n’était là que pour faire bouillir de l’eau et peler les tomates plus facilement.

Serpentine à gaz pour la cuisson

Serpentine à gaz pour la cuisson

On s’est donc attelées à la tâche avec Sofia. On y a passé du temps surtout à cause de la quantité, mais sinon ce n’est pas vraiment sorcier. Après avoir pelé les tomates, il faut les entailler en bas et les presser pour faire sortir une partie du jus.

Atelier conserves avec Sofia

Atelier conserves avec Sofia

On les met ensuite dans des bocaux, en insistant pour les remplir au maximum, et ainsi avoir un minimum d’air à l’intérieur. On les ferme avec des couvercles à usage unique apparemment, pour garantir l’étanchéité. Réutiliser des couvercles ayant déjà servi ne garanti plus la fermeture, à ce que nous a dit le vendeur. Une fois les bocaux pleins, il faut les enrouler dans du papier journal et les faire cuire, 30 minutes dans l’eau bouillante. Et c’est là que l’infrastructure se complique encore ! Cecilia avait justement une casserole assez grande pour faire chauffer 11 bocaux simultanément.

Cecilia qui emballe un bocal sous l'oeil de Ruana

Cecilia qui emballe un bocal sous l'oeil de Ruana

Une fois la cuisson démarrée, repos et divertissement pour tout le monde. Ou comment  un golden retriever fait office de superbe oreiller.

Siestita con Ruana

Siestita con Ruana

Les filles en ont profité pour nous faire plusieurs démo de rap, chose de laquelle Luciana ne s’est pas trop mêlée, préférant boire un petit maté.

Luciana tomando maté

Luciana tomando maté

Sofia y Flor

Sofia y Flor

Sacré changement entre la Sofia pelant sagement des tomates et cette danseuse de quartier endiablée, accompagnée par sa petite sœur pas plus calme. Ruana a aussi fini par se lever de sa sieste pour faire une luchita avec Luciana et moi. Nous lui avons tiré les pattes et la queue, elle nous a bien mordu aussi, match nul donc pour cette fois.

Luchita avec Luciana et Ruana

Luchita avec Luciana et Ruana

Bilan de la journée, quelques sacrées parties de rigolade, et 23 conserves de tomates dans le placard. Je les suis de près depuis pour voir si elles n’attrappent pas une petite couche de vert dessus, chose qui si elle doit venir sera assez rapide. Pour l’instant tout va bien. Et je ne résiste pas au plaisir de vous mettre une autre photo de Sofia et Florencia en rappeuses…

Les rappeuses de la rue Sobremonte

Les rappeuses de la rue Sobremonte

Publicités