Étiquettes

, , , ,

La semaine dernière une grosse couche de neige est tombée sur la Cordillère, nous offrant depuis San Rafael un panorama splendide sur les Andes. Le corolaire de cette vision de carte postale, c’est que pour passer la douane à plus de 3000 mètres d’altitude, c’est le bazar. Depuis le début de la semaine passée, les chutes de neige ont entraîné la fermeture du passage du Cristo Redentor, près de Mendoza. En une semaine, ce sont plus de 1000 camions qui ont été bloqués du côté argentin, et bien sûr une fois autant côté chilien.

Uspallata s’est dont remplie de poids-lourds pendant la semaine, pour éviter de saturer complètement la route des Andes qui était encore praticable pour les véhicules légers équipés de chaînes jusqu’au Puente del Inca. Le mètre de neige accumulé sur la route couplé aux vents violents qui ont soufflé en altitude n’ont pas simplifié la tâche aux équipes d’entretien de la voirie qui font les 3 huit pour ouvrir à nouveau ce tunnel stratégique.

Ayant vécu dans une zone où il y avait des postes-frontières tous les kilomètres ou presque, cette situation de blocage est assez dingue. Mais aussi parfaitement compréhensible quand on y regarde de plus près…Le poste frontière le plus proche pour les camions se situe à 1000 kilomètres au sud de celui du Redentor. Forcément, ça fait réfléchir avant de se lancer sur la route. Surtout que dans la majorité des cas, ces transporteurs se rendant à Santiago (situé presque à la même latitude que Mendoza), il leur faudra parcourir à nouveau ces 1000 kilomètres ensuite du sud au nord.

Aujourd’hui le passage a pu être rouvert, la neige s’étant arrêtée de tomber. La ville d’Uspallata se vide donc gentiment de ses camioneurs et les tranferts entre les deux pays rattrappent leur retard. De mon côté va falloir que je songe à faire le voyage un de ces jours pour renouveler mon visa, ou à aller faire le piquet au bureau des migrations pour en obtenir un nouveau à San Rafael. En espérant que si je me décide à passer les Andes il n’y ait pas une superbe tempête de neige qui m’empêche de rentrer pendant une semaine…

Publicités