Étiquettes

,

C’est pas terrible comme expression, mais on dit jamais deux sans trois. Et ben voilà, pour La Payunia ça marche aussi vu que j’y entre pour la troisième fois. Santiago n’aura pu venir avec nous, mais il nous a recommandé Laura, guide très sympathique avec qui nous avons bien sûr partagé le maté sur la route.

Maté avec Laura

Maté avec Laura

Nous empruntons la 40 pour entrer dans la réserve par la Pasarela, que nous avions empruntée la dernière fois pour sortir. Nouveau guide, nouvelles habitudes…

Sur la route 40

Sur la route 40

Depuis le pont de Bardas Blancas, le rio Grande

Depuis le pont de Bardas Blancas, le rio Grande

Le Chili est droit devant, en passant par le col du Pehuenche. Ce fleuve étendu le même qui s’encaisse ensuite dans la gorge de La Pasarela.

Comme chaque fois que nous allons à La Payunia, nous avons très vite la chance de voir des guanacos.

Guanacos

Guanacos

Nous passons devant le Fer à Cheval, et nous continuons jusqu’au musée de laves.

Fer à Cheval

Fer à Cheval

La vue sur le cône du Pyun Matru est superbe. Les flancs de ce volcan gigantesque sont eux même recouverts de cônes de moindre importance.

La plaine devant le Payun Matru

La plaine devant le Payun Matru

Au musée de lave, je fais la traditionnelle photo des parents, et la mienne ne sera pas floue ! Dans le fond, le Payun Liso.

LA photo de La Payunia

LA photo de La Payunia

Nous continuons ensuite en direction de l’endroit que nous a fait connaître Santiago la dernière fois. C’est moi qui prends les rênes de l’excursion, car Laura n’y est jamais allée. Elle regrettera d’ailleurs de ne pas avoir pris son appareil photo, mais elle pensait faire le circuit habituel…

Jolie perspective du Liso et de la Herradura

Jolie perspective du Liso et de la Herradura

Cette coulée de lave, « relativement récente » car non recouverte d’autres scories ou poussières, mesure par endroit plus de 10 mètres d’épaisseur !

Coulée de lave

Coulée de lave

Un peu plus loin, nous approchons de l’endroit où se terminent les nouveautés pour Laura, mais le point d’orgue en vaut la peine. La vue sur la plaine du Payun Liso est splendide. Pour moi aussi le paysage est nouveau, dans un certain sens, car la dernière fois que j’étais venue, le temps était très couvert.

La plaine du Payun Liso

La plaine du Payun Liso

Les couleurs ressortent d’une manière impressionnante.

Touche de rouge

Touche de rouge

Vers la fin de la journée, nous passons au bord d’un cratère affaissé. Je me rappelle alors que c’est là que j’avais voulu faire une photo la dernière fois, mais que je n’en ai pas eu le courage à cause du froid et de la neige. Finalement, je suis certaine que par ce soleil radieux elle est plus jolie…

Petite arbre ou grande plante ?

Petite arbre ou grande plante ?

Sachant qu’il n’y a pas d’eau, c’est un arbuste minuscule sur la photo. Une petite plante de 15cm environ…

450km plus tard, nous étions de retour à l’hôtel après une nouvelle journée pleine de cartes postales…

Publicités