Étiquettes

, , , ,

Au réveil, c’est un peu rude ce matin, et c’est bien vite que nous sortons de la tente avec Sofia pour aller récupérer un maté près du feu qui brûle déjà. Tous les enfants ne sont pas encore au courant, mais ce matin c’est balade à cheval. Il ne fait pas très beau, mais au moins il ne pleut pas.

La bouilloire de campo

La bouilloire de campo

Durdur le matin...

Durdur le matin...

Autour du petit-déj

Autour du petit-déj

Une fois le campement démonté, nous sommes partis en voiture vers un refuge qui propose des balades à cheval. Le puestero ne s’est pas foulé, et il n’y a pas suffisamment de chevaux pour faire la promenade tous ensemble. Le premier groupe partira donc constitué des filles et d’Annette. L’autre groupe, dont je fais partie, ira marcher près d’une cascade toute proche.

Florencia y Luciana

Florencia y Luciana

Camille y Maguy

Camille y Maguy

Après le départ des premiers cavaliers, nous partons à la découverte de la petite cascade. Il fait frais, la marche est agréable et le paysage différent de celui que nous connaissons, toujours sous le soleil.

Cecilia

Cecilia

Petite cascade

Petite cascade

Cecilia y Ched, los romaaaanticos !

Cecilia y Ched, los romaaaanticos !

Ilario cariño

Ilario cariño

Sofia y Arno

Sofia y Arno

Sur le retour, Sofia et Arno partent escalader une colline en face de nous. De mon côté je suis à l’affut des oiseaux avec le nouvel objectif de Daniel mais avec la petite pluie ils sont timides et restent au sec. Enfin, le nouveau joujou me permettra de faire de belles photos des deux « alpinistes ».

Les randonneurs

Les randonneurs

L'enfant-vache !

L'enfant-vache !

Au retour du premier groupe de cavaliers, nous sommes partis à notre tour, avec Nicolas, Arno, Sofia, Guillaume et Ilario. J’ai eu droit à une mule pour les 500 premiers mètres, que j’ai vite troquée contre le cheval de Guillaume qui, pas rassuré, n’appréciait pas vraiment son petit trot intempestif.

Sofia et Arno

Sofia et Arno

Ilario, Guillaume, et notre guide Pablo

Ilario, Guillaume, et notre guide Pablo

Après le premier groupe tranquille qu’il avait eu avec les filles, Pablo le guide s’est vite rendu compte que le notre allait être un peu plus dissipé. Une fois Guillaume sur la bourrique et donc au calme, il a pris le parti de nous laisser faire les fous, et on a fait plusieurs courses avec Nico et Sofia qui portait Arno devant elle.

La rivière au bord de laquelle on a dormi, un peu plus en amont

La rivière au bord de laquelle on a dormi, un peu plus en amont

Les gauchos de la pampa

Les gauchos de la pampa

Au retour, Ched était parti pour San Rafael, tout mettre en place pour recevoir le premier camion de raisins du lendemain. Il nous avait laissé sa camionnette pour que nous puissions rentrer par La Jaula et l’ancienne route 40, en ripio. C’est quand même plus drôle que le goudron. Nous nous sommes arrêtés à la dernière station service avant la séparation de la 40 avec la 143, où nous avons acheté les mythiques sandwiches pan casero-jambon cru. Nous avons hésité à nous lancer à l’assaut de la Laguna del Diamante, mais les nuages nous ont fait renoncer. A 3300m d’altitude, nous aurions été pile dedans, et nous n’aurions de toute façon pas pu voir le volcan Maípo.

Arrêt pique-nique avant le retour

Arrêt pique-nique avant le retour

Pendant la pause maté, au bord du Rio Hondo, nous verrons un condor passer, le 4e de la journée. Nous aurons eu de la chance !

Femelle condor au-dessus de nous

Femelle condor au-dessus de nous

Cariño a froid à la tête

Cariño a froid à la tête

La 2e pilote du jour

La 2e pilote du jour

Annette et Sofia se réchauffent au maté

Annette et Sofia se réchauffent au maté

Nous repartons en direction de la 40 après cette petite pause, et nous verrons en vol plusieurs jotes cabeza colorada, à ne pas confondre avec les condors. Les deux sont des charognards, mais les jotes sont légèrement plus petits, la forme n’est pas la même et ils sont blancs sous les ailes alors que le condor est blanc sur le dos. De plus, si le jote a la tête rouge (selon les espèces), le condor va toujours paré d’un collier de plumes blanches (une fois atteint l’âge adulte).

Jote cabeza colorada

Jote cabeza colorada

Nous sommes passés le long du cerro Diamante, ce volcan au pied duquel se trouve un de mes coins d’asado favoris. Avec un ciel chargé au-dessus de lui, il nous offre un autre visage.

Le cerro Diamante

Le cerro Diamante

Nous sommes rentrés par le dique Agua del Toro, dont le lac est plus haut qu’en début d’été, ce qui rassure pour la saison sèche qui arrive. La bouffée d’oxygène aura fait du bien après deux mois passés dans le parc, avec pour seules sorties ou presque celles du supermarché !

Publicités