Étiquettes

, ,

Les collectes se multiplient à San Rafael pour envoyer des éléments de première nécessité à nos voisins du Chili. Différents canaux de radio, l’office du tourisme ainsi que des entreprises privées ont diffusé plusieurs annonces pour envoyer du lait en poudre, de l’eau, des couches et des denrées non-périssables de l’autre côté des Andes. Ceux qui y sont allés racontent à leur retour les difficultés rencontrées, comme José Luis Guirado, du club IKA (vieilles voitures de campo).

Lui et son club sont passés dès mardi par la frontière Pehuenche, où nous étions allés l’année passée avec Sofía et Nicolas. Le passage était difficile. En effet, plusieurs éboulements se sont produit sur la piste, rendue plus instable encore par les travaux d’aménagement que Chili et Argentine sont en train de pratiquer. Ils sont arrivés à San Clémente, ville proche du refuge Tricahue, où nous avions connu Betty et Dimitri. Ils ont laissé leurs marchandises et ont ensuite continué jusqu’à Talca, qui compte de nombreux bâtiments anciens qui n’ont pas supporté le tremblement de terre. La situation était très compliquée sur place, sans eau ni électricité, et avec des gens terrorisés par les répliques incessantes.

Après avoir vécu nous même une catastrophe qui paraît maintenant dérisoire, je n’ose imaginer la panique des habitants du Chili, moi qui maintenant ressent une panique viscérale à peine apparaît un nuage d’orage. Combien de temps pour se remettre émotionnellement d’une catastrophe naturelle ? J’ai rapidement pensé à Sophie, qui vient de s’offrir la maison de ses rêves face à la mer, et dont la communauté bloguesque n’avait plus de nouvelles…Tout va heureusement bien pour eux, à part les nombreuses répliques qui doivent leur rendre la vie infernale.

Cela fait un drôle d’effet de penser que tous ces endroits que nous avons connu viennent de passer par un moment tellement difficile, un des tremblements de terre les plus importants de l’histoire depuis que les séismes sont enregistrés…On se sent tout petits et bien impuissants, et finalement on relativise ce que nous avons nous même vécu…

Fuerza Chile !

Publicités