Mots-clefs

, , ,

Dans le journal de la province d’aujourd’hui est sorti un article qui fait peur quant à la jurisprudence que l’on peut avoir dans le pays…

Il y a deux mois, un juge de la province de Córdoba a rendu un jugement visant deux jeunes qui circulaient à moto sans casque. Bien qu’à peine la moitié des gens l’utilisent, le casque est normalement obligatoire en deux roues. Le travail des policiers est sans fin dans ce domaine, entre l’indiscipline récurrente et la corruption. Nous avons nous même déjà vu des stations-service qui se vantent de ne pas faire le plein aux gens qui se présentent sans casque. Un petit panneau précise même « no compromete al personal« . Évidemment, le pompiste d’en tamponne comme de son premier plein…

Il y des phrases à tomber à la renverse dans l’article, comme une déclaration des « innocents » : « no corresponde toda vez que como personas mayores de edad tenemos el derecho de elegir si usamos o no el casco ». Ça n’a pas de sens car en temps que personnes majeures, nous avons le droit de choisir si nous utilisons un casque ou pas. On croit rêver….Et moi, en temps que personne majeure j’ai le droit de mettre le feu à la maison du voisin si ça me chante…Ah non peut-être pas parce que ça affecte les biens d’une tierce personne…

« Si se permite la tenencia de estupefacientes para consumo propio, fundado en un acto privado amparado por la Constitución Nacional, también tenemos el derecho a elegir si usamos el caso o el cinturón de seguridad. Es un derecho personalísimo y privado que no afecta derecho de terceros », expusieron.

« Si la détention de produits stupéfiants pour la consommation personnelle est autorisée, basée sur un acte privé protégé par la Constitution Nationale, nous avons aussi le droit de choisir si nous utilisons le casque ou la ceinture de sécurité. C’est un droit personnel [ils aiment bien les superlatifs en espagnol] et privé qui n’affecte pas les droits des autres, ont-ils expliqué.« 

« El uso del casco o cinturón de seguridad en personas mayores comprende la intimidad, la conciencia, el derecho de disponer de sus actos, de su obrar, de su propio cuerpo, de su vida, en ejercicio de su libertad », expresó un párrafo de la resolución firmada por Gigena.

« L’utilisation du casque ou de la ceinture de sécurité pour les personnes majeures intervient dans l’intimité, la conscience, le droit à disposer de ses actes, de ses agissements, de son propre corps, de sa vie, dans l’exercice de sa liberté, selon la résolution signée par Gigena (le juge en question). »

J’espère que le jour où ces deux guignols auront un trauma crânien ou autre on les laissera sur place, disant que c’est leur droit de disposer de leur propre corps, sans faire payer le reste de la communauté pour leurs soins gratuits à l’hôpital public…

Publicités