Le 30 avril à Mendoza s’est déroulée la « Gran rateada ». Un concept de séchage des cours (« gâtage » pour les amis suisses qui lisent) à grande échelle dans la capitale de la province. Les instigateurs de l’évènement ont été dépassés par leur succès, et ce sont pas moins de 3000 élèves qui se sont retrouvés sur la place de l’Indépendance de Mendoza. Lancée par un groupe Facebook qui a réunit plus de 11500 adhérents, la réunion pousse les acteurs de l’éducation, parents compris, à réfléchir à une contre-attaque devant ce comportement.

Les premières mesures font état de sanction contre les parents, de la même manière que ce qui est mis en place en France actuellement. Au détail près que dans ce cas-là, on parle de réunions massives qui de plus peuvent dégénérer et non pas d’élèves isolés qui décident juste de ne pas aller en classe.

À lire les journaux, tout le monde est désemparé devant cette nouvelle utilisation des réseaux sociaux. La « Gran rateada » de Mendoza est en train d’avoir des adeptes dans tout le pays, et un séchage des cours national a maintenant été lancé pour le 26 mai. Le 25 est un jour férié et comme 2010 est l’année du bicentenaire, le 24 a été décrété férié également pour octroyer un w-e de 4 jours aux Argentins (ce qui, entre nous soit dit nous convient parfaitement en tant que prestataires touristiques). Avec un jour sans classe le 26, ce sont 5 jours d’affilée que les étudiants cherchent à obtenir.

San Rafael n’est pas épargné, et c’est le 11 mai, jour de l’Hymne National, qui a été choisi par une poignée de jeunes pour une « rateada » locale. Ce qui a poussé certains élèves cette fois-ci à contre-attaquer. Los Andes a interrogé ces étudiants qui ont l’air d’avoir un peu plus de plomb dans la tête que d’autres.

Ce sont des jeunes de l’école Iaccarini, dans laquelle ont étudié quasi tous les frères et neveux de la famille de Daniel. L’un d’entre eux d’ailleurs y est encore, on verra quel clan il choisit le 11 mai. Contre la « rateada » de ce jour-là, ils ont ouvert un groupe Facebook baptisé « Demostremos que somos Argentinos« . Au lieu de ne pas aller en classe en ce jour somme toute important pour la patrie, ils ont monté en association avec leurs professeurs et les autorités de l’école une journée spéciale pour rendre hommage à la patrie et à l’Hymne National, mais dans l’enceinte de l’école, cherchant ainsi le plus bas taux d’absentéisme.

Je trouve cela drôlement bien qu’un groupe prenne l’initiative de ne pas suivre le flot du séchage des cours. De plus, l’article fait part de principes importants, partagés apparemment par ces étudiants. Reste à attendre le 11 mai puis le 26 pour voir ce qui va se passer….

Publicités