Mots-clefs

, , , ,

Visite culturelle de nouveau ce matin, nous allons voir les ruines jésuites de San Ignacio. Un guide guaraní nous fait la visite, mais nous tombons sur un groupe du troisième âge qui ne s’intéresse pas à ses explications (ben non, rendez vous compte, il pleut) et du coup nous aurons ce qui nous semble le strict minimum. Nous refaisons ensuite le parcours sous la pluie pour écouter les commentaires enregistrés sur des bornes de visite auto-guidée et nous reprenons la route. Là aussi, la colonisation nous est présentée sous son meilleur jour, ayant permis aux populations guaranies de développer leur art. Les missions jésuites ont ensuite été démantelées par la couronne espagnole, ayant acquis trop de puissance selon le roi d’Espagne. En effet, ces colonies regroupaient plusieurs milliers de personnes, toutes au service du chef de mission et prêtes à la défendre.

Les bâtiments de la colonie

Les bâtiments de la colonie

Les restes de la façade de l'église

Les restes de la façade de l'église

Toujours sous la pluie nous reprenons la route, et nous passons devant l’usine de yerba maté de Piporé. Pas de chance, nous arrivons à 12hs tapantes, et là aussi la visite sera réduite au minimum, il est l’heure de la pause. Nous verrons cependant un moulin historique, tout en bois, avant d’être introduits dans la salle des machines modernes. Nous achetons un paquet de yerba special, c’est-à-dire gardée à la fabrique pendant un temps plus important, tel un grand cru de vin, pour développer un arôme différent. Les plantations défilent devant nos yeux pendant que nous partons pour le Salto Encantado, et nous croisons plusieurs camions chargés de sacs de branches de yerba maté qui filent en direction des fabriques et autres coopératives.

On double les camions par dizaine

On double les camions par dizaines

La salle de mise en sachet

La salle de mise en sachet

Les plantations une fois tondues sont impeccables

Les plantations une fois tondues sont impeccables

Au parc du Salto Encantado, nous arrivons immédiatement au-dessus de la cascade. Dans le parking, un gros camion allemand super équipé nous interpelle, mais nous n’en verrons pas les occupants. Le garde-parc nous présente rapidement la réserve et nous partons pour le grand sentier qui après une vue panoramique sur le Salto Encantado doit nous mener à une autre cascade. Plusieurs papillons aux drôles de couleurs ainsi qu’un oiseau de la famille des toucans, un arasarí banana.

Notre premier oiseau de la même famille que les toucans

Notre premier oiseau de la même famille que les toucans

El Salto Encantado

El Salto Encantado

Ensuite un petit écureuil bien confiant viendra face à nous pour ensuite nous narguer depuis un tronc d’arbre pendant que nous tenterons de prendre des photos.

Petit écureuil

Petit écureuil

Nous apercevons aussi un surucua comun, mais pas moyen d’en prendre une photo potable. Pas de chance en plus pour l’observation d’animaux, alors que nous faisons notre possible pour être silencieux, un groupe d’une dizaine de jeunes passe en courant et criant sur le chemin…Fini l’observation animale pour aujourd’hui, nous devrons nous contenter de descendre jusqu’à la dernière cascade et remonter rapidement car une averse nous attrape sur le chemin.

Daniel en photographe furtif

Daniel en photographe furtif

Dernière cascade du parc

Dernière cascade du parc

Nous aurions du camper là, mais la météo nous fait renoncer et nous avançons donc jusqu’à Puerto Iguazu d’un seul trait. J’avais repéré un hôtel pas cher sur internet (ça existe, même à Iguazu !) que nous retrouvons après avoir fait plusieurs détours à cause de travaux. Sympathique, la patronne nous donne plein de conseils pour notre séjour sur les visites à faire en dehors des chutes bien entendu.

Publicités