Mots-clefs

, , ,

2011 est en Argentine la grande année électorale. La présidentielle, des élections provinciales et les municipales (à San Rafael en tout cas, je ne sais pas si c’est pour tout le monde en même temps). Pour la présidentielle, après le décès de Nestor Kirchner qui se serait représenté à la suite de sa femme, les paris sont maintenant ouverts. Certainement que Cristina va se déclarer candidate, même si elle laisse traîner pour l’effet d’annonce, un peu dans le style DSK. Elle est soutenue par Chavéz, ce qui n’est pas rien. Obama quant à lui se refuse toujours à la rencontrer…

Il y aurait du avoir Cobos en face, le vice-président actuel, qui après un vote en défaveur de son gouvernement (exploit réitéré il n’y a pas longtemps) s’est imposé comme figure de l’opposition…Bon, « opposition » c’est un bien grand mot, tout le monde étant finalement de gauche ou presque. Cobos a finalement renoncé à se présenter, que ce soit aux présidentielles ou même au poste de gouverneur de Mendoza.

Il y aura des primaires ouvertes en août auxquelles Daniel ne pourra pas voter pour cause de lune de miel. Le vote en Argentine est je le rappelle, obligatoire, sauf en cas de force majeure. Les tampons de sortie du pays feront foi pour son absence.

Par contre en octobre il ne va pas y couper, et il faudra voter pour la présidentielle. Pour être élu au premier tour, un candidat doit rassembler plus de 45% des voix, ou alors plus de 40% avec un écart supérieur à 10 points avec celui qui le suit. Pour l’instant, à part des querelles intestines et des coups bas en pagaille, aucun programme de campagne n’est présenté. Et les français se plaignent de ceux qui les gouvernent (et de ceux qui voudraient les gouverner)? Le pire c’est que pour l’instant les sondages donnent Cristina largement gagnante, peut-être même dès le premier tour. On n’est pas sortis de l’auberge…

On se réjouit de voir fleurir les plans d’allocations pour se réserver le vote du plus grand nombre, les meetings avec sandwichs offert à l’entrée, et peut-être même des petits billets, la lecture des journaux de ces 6 prochains mois va être instructive…

Publicités