Après le petit-déjeuner nous partons pour le parc Pan de Azúcar. C’est une réserve au bord de la mer.

Parc Pan de Azúcar

Parc Pan de Azúcar

Le paysage est complètement aride, ça change du bord de mer verdoyant de l’autre jour. Au centre d’interprétation une guide nous explique ce qu’il est possible de voir sur les différents sentiers. Impossible d’aller sur l’île. C’est là-bas que se rassemblent les éléphants de mer. Nous ne verrons donc certainement pas de gros mammifères. Nous rejoignons une plage toute proche sur laquelle des jotes se repaissent d’un cadavre. En regardant bien dans les cailloux on peut voir crabes et lézards.

C'est clair...

C'est clair...

Le Pain de Sucre

Le Pain de Sucre

Daniel s'approche des charognards

Daniel s'approche des charognards

Festin

Festin

A la recherche de bestioles dans les cailloux

A la recherche de bestioles dans les cailloux

Un beau crabe

Un beau crabe

Survolé par les pélicans

Survolé par les pélicans

De retour à la voiture on continue vers la sortie de la réserve. On fait une petite marche pour arriver sur un mirador…duquel on ne verra pas grand-chose à cause des nuages. Après le pique-nique nous repartons pour Calama.

En route pour une pointe surélevée

En route pour une pointe surélevée

Pique-nique bord de mer

À la sortie de la réserve le paysage change encore. Même plus de cactus maintenant, tout est complètement sec.

Décor minéral

Décor minéral

Au fil des km quand on s’ennuie on essaie d’apprendre à Yann à faire des bulles avec un chouingomme.

Yann en essai

Yann en essai

Aux abords de Calama on croise plusieurs fois la voie ferrée. Cette zone minière transporte des tonnes d’acide sulfurique et de minerais. Apparemment l’amende pour non-respect du stop doit être salée. À chaque fois il faut franchement s’arrêter 3 secondes avant de repartir, même si aucun train n’est en vue. On suit les coutumes locales et on s’arrête religieusement à chaque fois.

Un train vers Calama

Un train vers Calama

Calama franchement c’est moche, mais on s’en doutait un peu. Une ville glauque où trouver un endroit correct pour dormir relève du défi. Nous avons fini dans un ranchito pas trop cher, mais c’était déjà du vol. La chambre franchement sale, Daniel qui a osé dormir sans sac à viande a d’ailleurs fini avec des boutons. Le resto par contre était sympa, et le serveur accueillant. Ses conseils nous ont par contre semblé un peu foireux, pile à l’envers de notre guide papier. On aimerait visiter la mine à ciel ouvert, mais il faut réserver. On verra donc demain.