Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Yann. Pour quitter rapidement Calama nous décidons de prendre le petit-déjeuner au bord de la route à la sortie de la ville. À peine dehors de superbes dunes se dessinent. On roule quelques centaines de mètres avant de choisir un joli monticule pour ouvrir la table.

À la sortie de Calama

À la sortie de Calama

Nous poursuivons la route direction San Pedro de Atacama, premier gros spot des vacances. San Pedro on aime ou on aime pas, moi … j’aime pas. Franchement c’est un petit patelin sans âme peuplé de bobos-roots qui déambulent sans but apparent. Les maisons ne sont en fait que des agences, restos ou magasins de souvenirs plus ou moins habilités et fréquentables. Mais ce petit village sans charme est niché au cœur des plus beaux paysages du coin…

Sur la place de San Pedro

Sur la place de San Pedro

À peine arrivés on se fait harponner par Roco, un chilien qui aurait vécu en Suisse. Insupportable, je ne souhaite que partir voir ailleurs s’il n’y est pas alors que les 3 autres ont l’air de le trouver marrant. Selon lui, impossible de passer à Hito Cajon (la douane que nous voulons emprunter pour passer en Bolivie) à cause de la neige, et ce au moins jusqu’à la fin du mois. Il veut surtout nous louer des vélos. Vu qu’on est en voiture on s’en tamponne un peu. À l’office du tourisme on nous dit que la douane est ouverte, mais uniquement pour les agences. Impossible de passer en tant que privé. V’là autre chose. Nouveau son de cloche…La police nous dira quant à elle qu’on peut y aller, que c’est ouvert, mais que c’est très dangereux et qu’on va finir en slip se faire cambrioler. Ça commence à me tendre sérieusement…

Après avoir fait un tour pour trouver l’office du tourisme et un hôtel pour la nuit suivante, nous partons vers le Valle de La Luna qu’il faut paraît’il voir au coucher du soleil. La route traverse en premier la cordillère de sel, un lieu énigmatique où chaque recoin présente des roches biscornues.

On voit les premiers volcans

On voit les premiers volcans

Arrivée vers la cordillère de sel

Arrivée vers la cordillère de sel

On fait des essais avec les retardateurs des appareils photos.

Au complet !

Au complet !

L'érosion suit son cours

L'érosion suit son cours

Contrastes de textures et couleurs

Contrastes de textures et couleurs

Une belle dune

Une belle dune

Zabou joue les princesses du désert

Zabou joue les princesses du désert

La classique des ombres chinoises

La classique des ombres chinoises

Surprenant

Surprenant

On se sent pas bien grand

On se sent pas bien grand

On quitte la cordillère de sel pour la vallée de la Lune. Allons voir si c’est aussi bien que promis. On peine à trouver vu la pauvreté en panneaux indicateurs. Tout est vraiment fait pour les agences, et pour que le touriste individuel passe par elles.

Mirador sur les volcans

Mirador sur les volcans

Dans le parc

Dans le parc

On ne sait pas encore si ce sera bien, ce qui est sûr c’est qu’on sera nombreux. C’est la pleine saison touristique à San Pedro et les tour-operators sont pleins à craquer. Sans exagérer, on doit être pas loin de 500 personnes sur la crête qui mène au point le plus spectaculaire. Nous suivons tranquillement en rangs d’oignons alors que le soleil tombe paresseusement à l’horizon.

Vestige de cours d'eau

Vestige de cours d'eau

La célèbre vallée de la lune

La célèbre vallée de la lune

Verdict : c’est effectivement magnifique, mais à une autre heure de la journée c’est certainement très beau aussi et surtout vide de public ! De nouveau on voit ces mêmes rootsies complètement extasiés devant le soleil à la recherche d’une mysticité qu’on aura du mal à comprendre.

Le Licancabur

Le Licancabur

Afin de compenser notre frustration nous décidons de dormir sur place. Le temps de trouver un recoin tranquille éloigné de la route et on monte le camp. Demain nous avons prévu de nous lever tôt pour aller voir les geysers du Tatio. Un petit repas sur le réchaud et au dodo.

Camp de base à Atacama

Camp de base à Atacama