Après le petit-déjeuner (léger, mais ça va mieux), je pars réaliser ma mission pendant que les 3 autres vont visiter la mine du Cerro Rico avec un mini-bus. Je dois faire laver la voiture qui est plein de sel. Après m’avoir donné un prix sans voir l’engin, le laveur veut augmenter le tarif vu son état (elle est TRÈS sale). Je dois négocier ferme pour qu’il me donne un numéro. Le « despues los vemos » je connais pour vivre en Argentine, il ne m’aura pas comme ça. Je rentre à l’hôtel avant de repasser la chercher une heure plus tard…pour attendre encore 20 minutes sur place. À mon retour, surprise, Zabou est là. Elle n’est pas rentrée dans la mine à cause de son asthme, du coup après un bref coup d’œil à l’extérieur le guide l’a renvoyée à l’hôtel dans un bus. En papotant on entend de sacrés bruits qu’on imagine venir de la mine.

Les explorateurs

Les explorateurs

Les feuilles de coca à acheter et donner aux mineurs

Les feuilles de coca à acheter et donner aux mineurs

Petit marché à l'entrée

Petit marché à l'entrée

Les chariottes bien remplies

Les chariottes bien remplies

Normes de sécurité ... inexistantes

Normes de sécurité ... inexistantes

Les chariots pèsent lourd

Les chariots pèsent lourd

Au retour de Daniel et Yann nous allons manger dans un bon restaurant de Potosí avant d’aller marcher en ville. Je vais pouvoir connaître un peu … et me faire la même idée que les trois autres sur cette ville. Le retour est rude, les 4070 mètres et le peu de nourriture ingérée depuis deux jours se font sentir. Certaines volées de marches d’escalier doivent se faire en plusieurs étapes. Et on souffle comme des bourricots (enfin surtout Zabou et moi, les garçons font les braves).

Vendeuse d'agrumes

Vendeuse d'agrumes

La rue marchande colorée

La rue marchande colorée

Exposition de gâteaux

Exposition de gâteaux

La boucherie...moyen.

La boucherie...moyen.

Après un petit moment tranquilles à l’hôtel nous ressortons pour aller au cinéma (oui, encore, mais moi la veille je n’y suis pas allée). Nous avons vu Blackthorn, un film romancé sur Butch Kassidy, dont le point de départ est que Butch n’est pas mort, mais qu’il coule des jours paisibles au fin fond de la Bolivie. Le film est tourné entre Potosí, Tupiza et Uyuni. La salle est bien remplie, en plus on a une promotion deux pour un. Dans le film certains spectateurs reconnaissent des figurants (et nous quelques rues). Un très bon film. Le pire c’est de se dire en sortant qu’il n’y a pas eu beaucoup de modification à faire dans les décors, tellement cette zone paraît hors du temps.  C’est tristement vrai, mais les gens des campagnes vivent encore comme au siècle passé, voire avant. Nous rentrons à l’hôtel pour notre dernière nuit en Bolivie. Demain nous remettons le cap sur l’Argentine alors que Y

Publicités