Avec la rivière au fond du jardin, le kayak est une des activités les plus rapides à mettre en œuvre pour nous. La visite de Suzanne et Claire, d’Irlande, était le prétexte parfait pour nous mettre à l’eau. C’est encore tôt et elle est encore froide, mais avec tout le travail qu’on a dans le parc, une matinée de libre était le moment idéal.

Nous avons chargé notre matos et sommes allés chercher ce qui nous manquait chez le Gringo, un autre prestataire du Valle Grande. Nous avons aussi pris un guide étant donné que nous étions nombreux et avec bien peu d’expérience, surtout avec un niveau d’eau aussi bas.

Nahir, la nena

Nahir, la nena

Suzanne et Claire

Suzanne et Claire

Julio

Julio

Ale

Ale

Nous sommes restés un moment dans le piletón du départ, pour que les filles apprennent à remonter sur leur docky, et qu’Ale se fasse aux bases du kayak sit-on-top.

Nahir sur son petit bateau

Nahir sur son petit bateau

Premier bain forcé pour Suzanne et Claire

Premier bain forcé pour Suzanne et Claire

L'équipage du Malibu

L'équipage du Malibu

Daniel

Daniel

La rivière est vraiment très différente, et avec un débit plus bas que d’habitude, les pierres sont nombreuses à affleurer. Alors que je redoutais un retournement bien en aval, c’est tout juste 80 mètres après le départ que Julio et moi passons au bouillon…nous avons 12km à parcourir, ça promet…

Le petit bout de casque bleu, c'est moi

Le petit bout de casque bleu, c'est moi

Nous faisons quelques pauses au cours de la descente, et nous mettons pied à terre sur une petite plage pour se remettre de nos émotions. Il fait froid, même s’il fait soleil, et la pause est bienvenue. Celles qui étaient encore sèches passent à l’eau pour qu’il n’y ait pas de jaloux.

Nahir a accosté

Nahir a accosté

Daniel en douceur avec Suzanne

Daniel en douceur avec Suzanne

Marinera para la Nena !

Marinera para la Nena !

Listo, al agua !

Listo, al agua !

L'équipe

L'équipe

On continue la descente jusque chez nous. les points difficiles passent sans trop de problèmes, juste encore quelques retournements mais j’ai pris le coup. Je laisse Julio se débrouiller avec le kayak (je sais c’est lâche) et je m’agrippe à celui de Victor, notre guide, en attendant de pouvoir remonter sur le mien. Grelottante de froid, Nahir nous fait de la peine, elle arrive à peine à parler tellement elle claque des dents.

Ale, jamais retourné, la chance du débutant ?

Ale, jamais retourné, la chance du débutant ?

Daniel s'exerce

Daniel s'exerce

A force de se retourner et de taper dans les cailloux, on finit avec des bleus, voire mieux…

La patita de Julio

La patita de Julio

Presque arrivés

Presque arrivés

Une belle descente

Une belle descente

On aura bien profité, reste à voir si on n’a pas pris froid. Le travail des jours suivants va être compliqué avec les courbatures, ça c’est certain…