Cosecha en San Rafael

Mots-clés

, , ,

Après toute une année de soins à la vigne, d’inquiétude pour le gel, de stress à la vue des orages, enfin, voilà venu le temps des vendanges. En se levant tôt, le soleil rasant offre une belle lumière pour immortaliser la récolte 2013.

Les raisins montent au camion

Les raisins montent au camion

Vignes de Merlot

Vignes de Merlot

Contrôle de la cueillette

Contrôle de la cueillette

On retire les feuilles

On retire les feuilles

Les cueilleurs du jour

Les cueilleurs du jour

A contraluz

A contraluz

Ceux qui ne vont pas à l'école sont de la partie

Ceux qui ne vont pas à l’école sont de la partie

Dégustation de raisins

Dégustation de raisins

A plusieurs dans les rangées

A plusieurs dans les rangées

Pendant que les grands travaillent...

Pendant que les grands travaillent…

Les petits jouent

Les petits jouent

Les femmes aussi récoltent

Les femmes aussi récoltent

Au camion !

Au camion !

L'automne est là

L’automne est là

Ched s'amuse

Ched s’amuse

Tout ça part pour être foulé et pressé

Tout ça part pour être foulé et pressé

Une vue amusante

Une vue amusante

Le contremaître

Le contremaître

Contrôle pour voir s'il ne reste rien

Contrôle pour voir s’il ne reste rien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sortie à la finca de San Carlos

Mots-clés

, , , ,

Les vendanges sont pour bientôt à la finca de San Carlos. Depuis quelques semaines nous avions préparé une sortie avec Ched pour aller prendre quelques photos. Les blancs sont bientôt prêts, et il a profité de prendre des échantillons de baies pour réaliser des analyses.

Un des derniers arrosages de la saison

Un des derniers arrosages de la saison

La finca au pied de la Cordillère

La finca au pied de la Cordillère

C'est bientôt prêt

C’est bientôt prêt

Une stagiaire venue de Suisse qui sera là jusqu’à la fin des vendanges faisait sa première sortie à la propriété. Comme elle et Che ne travaillent pas de la même façon, ils vont réaliser les prélèvements selon les deux méthodes.

Récolte d'échantillons

Récolte d’échantillons

On goûte

On goûte

L'oenologue au travail

L’oenologue au travail

C’est très intéressant de les entendre échanger et commenter les différentes méthodes et processus de culture. Si la base est relativement identiques, les spécificités climatiques de chaque zone entraînent des différentes notables.

Nouvelle parcelle

Nouvelle parcelle

Un vieux cep

Un vieux cep

Promesses

Promesses

Détail d'une branche

Détail d’une branche

A midi nous sommes partis au Manzano Historico pour manger. Nous sommes passés au milieu des nombreuses propriétés vinicoles du Valle de Uco, ce qui permet de voir l’état des vignes et de repérer certaines spécificités. Sur une zone relativement réduites, les aléas climatiques ne touchent pas tout le monde de la même façon.

Vrille

Vrille

Détail d'une baie

Détail d’une baie

De retour à San Rafael, le coucher de soleil sur les montagnes du Valle Grande était magnifique, et la lune discrète pouvait tout juste se repérer à travers les nuages…

De retour à la maison

De retour à la maison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des nouvelles de Lupi

Mots-clés

Elle ne vole toujours pas, mais fait de plus en plus de mouvements d’ailes. Avant-hier elle a essayé sans succès de sortir de son nid et elle a fini au sol. Heureusement en pleine journée et sous surveillance, donc aucun loulou n’a pu l’approcher.

Hier et aujourd’hui, beaucoup de battements d’ailes, et elle s’étire vers le haut sur ses fines pattes. 10 jours qu’elle est chez nous. Elle a visiblement un petit problème de carences alimentaires, malgré le fait que nous ayons ajouté des insectes à son régime. Selon une vétérinaire, ça impliquera juste un peu plus de temps pour acquérir son autonomie.

Je m’interroge cependant… Si l’on regarde les histoires d' »enfants sauvages », les retards de toutes sortes sont nombreux, et les développements se font en imitant les animaux adoptants… Quel sera alors le temps nécessaire à Lupi pour voler ? Quelle possibilité aura-t-elle de communiquer avec les oiseaux de son espèce, n’ayant pas entendu leur chant depuis son état de poussin ?

Debout !

Mots-clés

,

La petite a maintenant un nom, elle s’appelle Lupi, qui veut dire « plume » en Mapuche. Cela fait une semaine qu’elle est avec nous, passant ses journées au bar, et le soir et la nuit à la maison. C’est la seule façon de pouvoir lui donner à manger toutes les 20 minutes comme elle le demande.

Debout !

Debout !

Maintenant elle se tient bien debout sur ses pattes dès le matin. Et aujourd’hui Daniel l’a retrouvée sur la table à côté de son nid. Le premier vol ne doit pas être bien loin…

Elle grandit !

Le métabolisme des colibris est très rapide. Il consomme la moitié de son poids en sucre chaque jour. Sa croissance est rapide, en deux semaines les poussins savent voler, et en  trois semaines ils quittent le nid.

La petite doit en être à peu près là. Depuis ce matin elle est perchée debout sur le bord de son nid, et fait de grands mouvements d’ailes, reproduisant le bruit typique des oiseaux-mouches en vol. Il se pourrait qu’elle s’y lance aujourd’hui…

Alimentation à la brindille

Alimentation à la brindille

Il va falloir prendre un rythme de posts quotidiens pour pouvoir couvrir la croissance de la petite. Aujourd’hui nous allons décider de son nom !

La plus grande plume du plus grand oiseau aux côtés de l'un des plus petits...

La plus grande plume du plus grand oiseau aux côtés de l’un des plus petits…

 

Nouveau pensionnaire

Mots-clés

L’orage du 15 a eu des dommages collatéraux. En plus de l’inondation du parc, le couple de colibris qui avait choisi d’installer son nid sous le toit du bar a disparu. Vu la taille des grêlons et celle des oiseaux, c’est malheureusement plus que probable. Surtout qu’il y avait déjà énormément de pigeons morts au sol, alors les colibris…

Un des poussins est tombé du nid ce jour-là. Après l’avoir remonté dans son nid le lendemain, nous avons commencé à surveiller le bar. Il a fallu nous rendre à l’évidence, les parents ne venaient plus. Nous avons donc pris la décision radicale de descendre le nid. Un poussin vivait encore, le 2e était déjà mort. Perdu pour perdu, nous avons décidé avec Julia de tenter de le faire tenir jusqu’à ce qu’il puisse voler.

Petit poussin

Petit poussin

Julia a cherché sur internet ce que l’on pouvait bien lui donner à manger. Poudre d’avoine avec de l’eau et du sucre glace. Pour le liquide, pareil, de l’eau et du sucre, surtout pas de miel. On lui donne sa bouillie avec une petite brindille qui lui descend dans le gosier, et pour l’eau, elle aspire avec sa langue des gouttes que l’on forme au bout de nos doigts.

Avec sa nounou de jour

Avec sa nounou de jour

Deux tours de garde, la journée pour Julia à partir de 11h30, et nous l’avons le soir à partir de 21h. A 8h, Mam’zelle demande à manger, y’a intérêt à se dépêcher pour tout préparer parce qu’elle piaille fort. Une fois qu’elle attaque, c’est toutes les 20 minutes. Si on passe près d’elle par hasard, dans le doute elle piaille un coup, sait-on jamais, ça peut faire venir à manger.

Minuscule

Minuscule

Elle se lève déjà sur ses pattes, se met parfois au bord de son nid, fait des moulinets avec ses ailes pour s’entraîner, mais ne vole pas encore. Le transit intestinal fonctionne bien, donc la nourriture est assimilable, c’est une bonne nouvelle.

ça occupe...

ça occupe…

Nous supposons qu’elle volera d’ici quelques jours, une semaine tout au plus. Apparemment, les parents continuent normalement de les nourrir encore une semaine après le premier vol. On verra comment ça se passe pour elle…

En tout cas, cela donne à réflexion sur l’inné et l’acquis… Elle n’a en effet aucune référence colibri sous les yeux…

 

 

Jamais deux sans trois…

Mots-clés

Après le 17 décembre 2009 et le 28 décembre 2011, nous avons maintenant le 15 janvier 2013. Ce qui n’était jamais arrivé en 50 ans a maintenant eu lieu 3 fois en moins de quatre ans… Ça épuise, ça use les nerfs, ça désole…

Impuissance complète devant les éléments, la grêle d’abord, la pluie ensuite, les inondations pour terminer.

L’orage de grêle que l’on vit collée à un arbre pendant 10 minutes parait anecdotique et somme toute assez drôle. Mais une deuxième tempête 15 minutes après la première, des sauvetages scabreux de touristes imprudents et une troisième inondation font disparaître toute envie de rire.

En pleine saison, deux jours de fermeture totale (et ça aurait largement pu être pire), c’est la catastrophe tant pour l’image que pour les chiffres. Heureusement depuis que nous avons rouvert les touristes sont au rendez-vous. Reste à voir ce qui va se passer avec la rivière dont le débit à été divisé par deux pour économiser l’eau, et l’effet que cela aura sur la fréquentation de San Rafael…

Salida al Nihuil

Mots-clés

, , ,

Nouveau congé, nouvelle sortie. Avec Ched et famille plus quelques amis, et les deux chiens, nous sommes allés au Nihuil, puis à l’entrée du fleuve Atuel dans le lac pour une grillade. Pas mal de vent, terrain boueux et temps orageux auront pimenté la sortie, sinon c’est trop facile.

Volée de flamands roses

Volée de flamands roses

Je suis toujours assez étonnée de l’humeur placide de Maípo face aux flamands roses. Je pense que Wayra ne ferait pas dans le détail et foncerait dans le tas. D’où l’intérêt de ne plus sortir avec tous les chiens en même temps pour éviter l’effet de meute.

Plumita

Plumita

La langue dehors

La langue dehors

Plus y'a de la boue...

Plus y’a de la boue…

Plus c'est rigolo...

Plus c’est rigolo…

Deux amateurs d'eau

Deux amateurs d’eau

Après avoir tracté deux fois la voiture de Jorge (pour entrer et pour sortir du bord du lac) nous sommes partis plus loin pour manger un asado comme il se doit. Plaques de boue qui font valser les véhicules, un seul 4×4 (le mien), c’était sport. L’endroit en valait la peine…

Magui

Magui

Flor

Flor

Coucher de soleil magnifique

Coucher de soleil magnifique

Série d'essais photos...

Série d’essais photos…

Et...

Et…

...plouf !

…plouf !

Jeux d'ombre

Jeux d’ombre

Après avoir mangé, et malgré le bon moment au son de la guitare et des chansons, il faut se décider à partir car l’orage gronde, et il nous reste deux heures de trajet ou presque, si personne ne reste embourbé.

Pose longue...

Pose longue…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laguna del Diamante 2013

Mots-clés

, ,

Ayé, on a vite pris le rythme de la saison, depuis le 1er janvier c’est parti pour deux mois de travail intense. Grâce au nombre de guides, nous pouvons octroyer à tout le monde, nous compris, un jour de congé tous les cinq jours de travail. Sur la première semaine j’étais la dernière. Pour changer un peu des Reyunos, nous avons décidé avec Carina d’aller à la Laguna del Diamante. Comme d’habitude, il y avait foule de guanacos.

 

Premiers guanacos

Premiers guanacos

Petit qui saute

Petit qui saute

J’y suis toujours allée plutôt tard dans la saison, et y aller plus tôt permet d’apprécier toutes les petites fleurs du début d’été.

La première partie de la montée est exigeante pour le véhicule, et la température qui monte nous force à nous arrêter quelques fois. Pas grave, on en profite pour faire des photos. Nous avons également vu en route notre premier condor du jour.

Pampa de las Avestruces

Pampa de las Avestruces

Passé le point le plus haut, la camionnette reprend le frais, et nous nous détendons.

Arroyo El Yaucha

Arroyo El Yaucha

Agitation parmi les guanacos

Agitation parmi les guanacos

Une fois en haut, nous nous annonçons au poste des garde-parcs. Nous filons sur la gauche de la lagune, la rive droite étant zone strictement interdite pour la conservation des espèces.

Photographe en action

Photographe en action

Pour arrêter de changer les objectifs en permanence, nous décidons que Carina fera les photos en 70-300, quant à moi je reste avec le 28-105.

Printemps tardif

Printemps tardif

Nouvelle manade

Nouvelle manade

Où que l’on regarde, il y a des guanacos. Leur quantité est impressionnante. En fin de saison ils ont cependant tendance à être moins timides, une fois réhabitués aux voitures sans doute.

El Maípo

El Maípo

Alors que nous étions tranquillement en train de regarder un guanaco marcher dans l’eau au loin, quelle ne fut pas notre surprise d’en voir un tout près de nous en tournant la tête. Et qui nous a offert une fantastique session d’images.

Carte postale

Carte postale

Dernière image

Dernière image

Des photos plein les yeux, nous sommes reparties pour San Rafael. Et deux condors nous ont fait signe en partant ! J’attends les photos que me passera Carina, c’est elle qui avait le zoom sur son appareil.

 

 

 

 

 

 

 

Oiseaux de fin d’année

Mots-clés

, ,

Ce matin je suis sortie faire quelques photos, supposément selon un thème donné pour participer à un groupe de photo sur internet, mais ça n’a pas marché, rien trouvé d’inspirant…. pour suivre le thème. Par contre dans les branches, il y avait de quoi faire pour peu qu’on ait l’oreille (pour se rendre compte qu’ils sont là), l’oeil (pour les repérer), la patience (pour les approcher) et l’appareil photo, détail important.

Bref, voici la moisson du 31 décembre. Où l’on apprend que le locataire est un Colibri du Chili.

Sous l'oeil de Maípo

Sous l’oeil de Maípo

Et de Canela

Et de Canela

Colibri du Chili

Colibri du Chili

En pleine toilette

En pleine toilette

Lissage des plumes

Lissage des plumes

Tout beau pour le 31

Tout beau pour le 31

Et voilà

Et voilà

Tordo

Tordo (Vacher luisant)

P.S. : je commence à mettre des « watermarks » sur certaines photos pour ne pas les retrouver sous d’autres crédits sur d’autres sites…

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 370 autres abonnés